BlasonSites historiques Grimaldi de Monaco

Les Baux-de-Provence

  • Les Baux-de-Provence

    Les Baux-de-Provence - Porte d'Eyguières

    Crédits : DR

  • Les Baux-de-Provence

    Les Baux-de-Provence - Vitraux de l'église Saint-Vincent

    Crédits : DR

  • Les Baux-de-Provence

    Les Baux-de-Provence - Armoiries Grimaldi - Porte d'Eyguières

    Crédits : DR

  • Les Baux-de-Provence

    Les Baux-de-Provence - Blason Grimaldi - Fenêtre de la Mairie

    Crédits : DR



Provence-Alpes-Côte d'Azur

Les Baux-de-Provence

  • Pays : France
  • Région : Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • Département : Bouches-du-Rhône (13)

Contact

  • Michel FENARD
  • Hôtel de Manville, 13520 - LES-BAUX-DE-PROVENCE
  • a.velluet@lesbauxdeprovence.com
  • 04 90 54 34 03 — P : 06 23 29 26 91 DGS

C’est en 1642 que Louis XIII, en application du traité signé à Péronne le 14 septembre 1641, érige Les Baux en marquisat au profit du fils du prince Honoré II de Monaco, Hercule Grimaldi. Si ce lien s’est officiellement éteint à la Révolution française, il n’a jamais disparu, ni des cœurs ni des mémoires, et reste gravé dans l’histoire des deux rochers. D’ailleurs, le titre de marquis des Baux continue d’être traditionnellement porté par le Prince héréditaire de Monaco, aujourd’hui le Prince Jacques.

Aujourd’hui, des monuments du village conservent des traces du passé qui a uni les Baux-de-Provence aux Souverains de Monaco. Ce voyage à travers le temps permet au visiteur de découvrir le patrimoine unique de la Cité qu’il soit roman, gothique, Renaissance ou contemporain.

Sur le fronton de l’Hôtel de Manville, abritant la mairie des Baux-de-Provence flotte, aux côtés du drapeau baussenc « de gueules à une comète à seize rais d’argent », le drapeau monégasque. Les belles fenêtres à meneaux de cette demeure Renaissance sont ornées des armoiries des grandes familles qui ont marqué l’histoire de la Cité. Sur une des fenêtres, donnant sur la cour, figure le blason de la Maison de Grimaldi « fuselé d’argent et des gueules » : un écu quadrillé de losanges rouges et argent.

La Porte d’Eyguières, restaurée au XVIIe siècle par les princes de Monaco, est ornée de leurs armoiries. Martelées à la Révolution, elles sont encore visibles au-dessus de la porte dans un cartouche orné de rinceaux baroques. La Porte d’Eyguières ou « Porte d’eau » a été ainsi renommée car les habitants des Baux y passaient pour aller chercher de l’eau dans le Vallon de la Fontaine. Elle fut la seule entrée du village jusqu’à la fin du XIXe siècle.

Dans la nef de l’église paroissiale de Saint-Vincent, on remarque une litre funéraire, identique à la chapelle castrale Sainte-Catherine. Cette bande peinte en noir, à hauteur des tribunes, porte les armes des princes de Monaco avec le collier du Saint-Esprit. Elle fut déployée en guise de tenture au service funèbre d’un marquis des Baux, sans doute Honoré II. Les très beaux vitraux, dont la modernité met en valeur l’architecture de l’église, réalisés par le maître verrier Max Ingrand, ont été offerts par le Prince Rainier III et posés en 1962.

Attentifs à leur ancienne possession, les marquis des Baux ont contribué à la restauration et à la mise en valeur du patrimoine monumental de la cité. C’est ainsi que les fresques Renaissance décorant les voûtes d’une des salles du rez-de-chaussée de l’Hôtel de Porcelet (actuel Musée Yves Brayer) ont retrouvé, grâce à la générosité du Prince Rainier III de Monaco, toute leur splendeur. Les peintures, finement restaurées, représentent les Quatre Saisons et les allégories des Quatre Vertus Cardinales.

La chapelle castrale est le seul bâtiment de la cité appartenant au Prince Souverain Albert II. La Famille Larousse lui en fit don, il y a une trentaine d’années. En juin 1991, il visita les chantiers de cristallisation entrepris en divers lieux de la forteresse et put lors de sa visite officielle, en 2012, admirer les restaurations effectuées. Profondément remaniée à la Renaissance, la chapelle présente des travées voûtées d’ogives avec formerets, liernes et tiercerons mais a toutefois conservé ses structures romanes qui en font le témoignage le plus ancien actuellement visible sur le site du Château.

Le Prince Rainier III, La Princesse Grace et le Prince Albert II de Monaco ont su montrer leur attachement à leur marquisat et les Baussencs ont toujours suivi les événements importants de la Principauté avec un sentiment « filial » empreint d’affection. Cette relation privilégiée a été ponctuée, au fil des années, par de grands moments. Les 5 et 6 juin 1982, le village des Baux-de-Provence accueille la Princesse Grace de Monaco accompagnant le Prince héréditaire Albert, marquis des Baux, à qui sont remises les clefs de la Cité. Le 21 juillet 2012, la cité a l’honneur de recevoir le Prince Souverain Albert II, qui découvre un parcours au cœur du village rendant hommage à ses parents. À cette occasion, un espace emblématique du village est baptisé, au nom de son père, Place Prince Rainier III de Monaco.