BlasonSites historiques Grimaldi de Monaco

Les Amis du Passé en Pays de Matignon

  • Les Amis du Passé en Pays de Matignon

    Les Amis du Passé en Pays de Matignon - Blason des seigneurs de Matignon, devenu le blason de la ville

    Crédits : DR

  • Les Amis du Passé en Pays de Matignon

    Les Amis du Passé en Pays de Matignon - Le site des Guerches, à Matignon

    Crédits : DR

  • Les Amis du Passé en Pays de Matignon

    Les Amis du Passé en Pays de Matignon - Le Prince Albert II accueilli à Matignon, le 5 juillet 2012

    Crédits : DR



Bretagne

Les Amis du Passé en Pays de Matignon

  • Pays : France
  • Région : Bretagne
  • Département : Côtes-d'Armor (22)

Contact

  • Anne-Marie et Didier MARSAUDON
  • Lieu-dit l'Hôpital, 22550 - MATIGNON
  • appmatignon@orange.fr
  • 02 96 41 14 27

La ville de Matignon située dans les Côtes-d’Armor, proche du Cap Fréhel et de Saint-Malo, est une commune rurale, mais également maritime, car son territoire borde une partie de la baie de La Fresnaye, qui s’étend de la pointe de Saint-Cast au Fort La Latte.

Au IXe siècle, la région de Matignon est située dans la « Marche de Bretagne », zone frontalière entre l’empire fondé par Charlemagne et la Bretagne. Des guerches y ont été aménagées par les Carolingiens. Ce sont des enceintes fossoyées pour de petites garnisons chargées de surveiller un territoire.

À Matignon, ce lieu, appelé « Les Guerches » est constitué d’un carré de 30 m de côté, entouré de douves. Le « préfet » carolingien de la Marche y installe un représentant de l’empire qui très probablement se nomme Mattinus (l’homme qui habite les lieux humides). Le nom se transforme en Matignon et sa charge devient héréditaire.

Les seigneurs de Matignon, vers le XIe siècle, font construire une motte surmontée d’un fortin en bois. Au XIIIe siècle, ils édifient auprès de la motte un manoir et une chapelle cadastrale qui deviendra, par la suite, collégiale.

À proximité, se développe une ville qui prend le nom de ses seigneurs : Matignon, « petite ville mais grand renom » selon un dicton populaire. Ces deux lieux, les guerches et la motte féodale, berceaux de la famille Matignon, sont toujours visibles. Ils constituent deux étapes du circuit historique « Sur les traces des Matignon et des Grimaldi », inauguré par le Prince Albert II de Monaco en 2012.

À la fin du XIIe siècle, Luce, dame de Matignon, héritière de la seigneurie, épouse Etienne Gouyon. Leurs descendants, par des alliances prestigieuses et par leur dévouement aux ducs de Bretagne puis aux rois de France, deviennent des grands seigneurs et prennent le titre de sire de Matignon.

Vers 1350, ils entament la construction d’un château, le Fort La Latte, sur un éperon rocheux qui domine la mer. Au XVe siècle, ils s’installent à Torigni, en Normandie, et occupent des charges importantes : maréchal de France, lieutenant général, évêque… Le 20 octobre 1715, la princesse héritière Louise-Hippolyte Grimaldi de Monaco épouse Jacques IV, héritier de la branche aînée des Gouyon, sires de Matignon. Celui-ci abandonne son nom pour prendre celui de Grimaldi et le titre de duc de Valentinois. En 1725, Jacques Grimaldi, duc de Valentinois, qui avait reçu en donation l’hôtel de Matignon à Paris, hérite de la seigneurie de Matignon. Après son décès, son fils cadet, Charles-Maurice, en hérite à son tour. Il la cède en 1765 à son cousin, le marquis de Matignon, mais les princes de Monaco conservent le titre de « sire de Matignon ».

Par tradition, Matignon fait sonner les cloches de son église pour s’associer aux événements heureux ou malheureux qui touchent la famille princière de Monaco. En 1979, l’équipe professionnelle de football de Monaco, championne de France, est reçue par la ville de Matignon. Elle y dispute une rencontre amicale avec l’équipe de Saint-Brieuc. Plus récemment, des fêtes ont été organisées pour le mariage du Prince Albert II et de la Princesse Charlène et lors de la naissance des jumeaux, le Prince héréditaire Jacques et la Princesse Gabriella. En 2012, le Prince Albert II de Monaco s’est rendu à Matignon et dans deux communes avoisinantes : Saint-Cast-Le-Guildo et Plévenon.