BlasonSites historiques Grimaldi de Monaco

Granville

  • Granville

    Granville

    Crédits : B. Croisy - Collection Ville de Granville

  • Granville

    Granville

    Crédits : B. Croisy - Collection Ville de Granville

  • Granville

    Granville

    Crédits : C. Caillaud - Collection Ville de Granville

  • Granville

    Granville

    Crédits : C. Caillaud - Collection Ville de Granville

  • Granville

    Granville

    Crédits : C. Lelan - Collection Ville de Granville

  • Granville

    Granville

    Crédits : C. Lelan - Collection Ville de Granville

  • Granville

    Granville

    Crédits : C. Lucci - Collection Ville de Granville



Normandie

Granville

  • Pays : France
  • Région : Normandie
  • Département : Manche (50)

Contact

  • Mme Dominique BAUDRY
  • Cours Jonville, 50400 - GRANVILLE
  • cabinet.maire@ville-grandville.fr
  • www.ville-granville.fr
  • Mme Mireille DENIAU, Adjointe au Maire déléguée à la Culture — T : 02 33 91 31 41

Au XVIe siècle, les guerres de religions opposant catholiques et protestants sont particulièrement violentes en Basse-Normandie, qui dénombre alors une forte population protestante. Jacques II de Matignon, lieutenant général de Normandie, assure alors la défense de Granville, ville stratégique dotée d’un port. En remerciement de cette défense dévouée, le roi le nomme gouverneur de Chausey (1576) et de Granville (1578).

À Monaco, en l’absence d’héritier mâle, la pérennité du nom des Grimaldi peut revenir à une princesse. Il lui faut trouver un prétendant qui accepte de perdre son patronyme. En 1715, Jacques IV de Matignon, gouverneur de Granville et Chausey, épouse Louise-Hippolyte Grimaldi et, ce faisant, prend le nom et les armes des Grimaldi. Il devient alors Jacques Ier de Monaco. La famille conserve la charge de gouverneur de Granville et Chausey pendant 212 ans, dont 137 sous le nom de Matignon et 75 sous celui de Valentinois.

L’économie de Granville, essentiellement tournée vers la pêche depuis le XVIe siècle, s’essouffle au XIXe siècle. Elle se tourne alors vers le tourisme balnéaire, qui connaît à cette époque un essor sans précédent. La ligne de train Paris-Granville, inaugurée en 1870, permet aux curistes de s’y rendre, via les trains de plaisir. L’écrivain et géographe Elisée Reclus écrit, en 1885, que « Sous le ciel de Méditerranée, Granville serait un autre Monaco » : Granville est dès lors surnommée « le Monaco du Nord ». Ce slogan alimente les campagnes publicitaires pour la station, dont la topographie présente des similarités avec celle de Monaco.