BlasonSites historiques Grimaldi de Monaco

Carlat

  • Carlat

    Carlat - Vue aérienne du Rocher de Carlat

    Crédits : Service communication CABA

  • Carlat

    Carlat - Reconstitution aérienne du Rocher de Carlat

    Crédits : Service communication CABA

  • Carlat

    Carlat - Intérieur de la forteresse reconstitué

    Crédits : Service communication CABA

  • Carlat

    Carlat - S.A.S. le Prince Albert II de Monaco : élévation du pavillon princier sur le plateau de Carlat - 15 mai 2014

    Crédits : E. Mathon - Archives du Palais princier de Monaco



Auvergne — Rhônes-Alpes

Carlat

  • Pays : France
  • Région : Auvergne — Rhônes-Alpes
  • Département : Cantal (15)

Contact

  • Communauté d’Agglomération du Bassin d’Aurillac
  • 3 place des Carmes - CS 80501 - 15005 Aurillac Cedex, 15130 - CARLAT
  • contact@caba.fr / www.rocherdecarlat.fr
  • 04 71 46 86 30

Le Rocher de Carlat, plateau basaltique de 2 hectares, portait jadis une forteresse immense, réputée être « la plus formidable citadelle de tout le midi de la France ». Au XVe siècle, Jacques d’Armagnac lui fit atteindre sa plus grande splendeur… avant son exécution pour traîtrise en 1477, sous le règne de Louis XI. La vicomté de Carlat échoit ainsi à Anne de France, fille du roi, puis à Louise de Savoie, mère de François Ier, en 1521. De 1585 à 1586, Marguerite de Valois (la « Reine Margot ») s’y réfugie, laissant un souvenir impérissable dans tout le Carladès.

Dès 1584, lors des guerres de Religion, le Roi Henri III envisage le « razement » de la forteresse afin qu’elle ne tombe pas entre les mains des Huguenots. Finalement ordonnée par Henri IV, cette démolition est réalisée entre le 22 décembre 1603 et le 12 mai 1604, de sorte qu’aujourd’hui seules d’infimes traces de cette majestueuse construction subsistent…

C’est au milieu du XVIIe siècle que le destin de Carlat se lie à celui de Monaco. Lors de la signature du traité de Péronne le 14 septembre 1641, Louis XIII garantit à Honoré II tous les avantages qu’il perd du côté de l’Espagne ; afin de compenser la confiscation des terres monégasques enclavées en territoire espagnol, il lui promet des terres françaises au revenu équivalent. En 1643, il lui attribue le Comté de Carladès (composé des communes actuelles de Carlat, Vic-sur-Cère, Mur-de-Barrez et Calvinet). Mais à la Révolution, le Prince Honoré III de Monaco perd ses droits sur le Carladès.

Jadis promontoire prestigieux surmonté d’une forteresse imprenable, le Rocher de Carlat est alors cédé à un prix dérisoire. Au début du XXe siècle, il appartient à des particuliers, qui envisagent de l’exploiter en carrière. La Société de la Haute-Auvergne se hâte alors d’acheter en 1911 ce patrimoine historique et le rétrocède, en 1914, à la famille Grimaldi.

Quatre siècles après la disparition de la forteresse, avec l’accord du propriétaire Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II de Monaco et en partenariat avec la Mairie de Carlat, la Communauté d’Agglomération du Bassin d’Aurillac (CABA) a développé un produit touristique innovant : la visite de cette place forte… en réalités virtuelle et augmentée ! Fondée sur de minutieuses recherches historiques, elle a pour ambition de plonger le visiteur dans la reconstitution la plus plausible de l’édifice, tel qu’il existait à son apogée au XVe siècle, et de lui faire redécouvrir son Histoire.

Une véritable immersion dans les siècles passés grâce aux technologies du XXIe siècle, dans les pas de ces hommes et de ces femmes qui ont marqué l’Histoire de France…


Consulter le dossier de presse.

Carlat

Écran sur cheminement en bois

Crédits : Service communication CABA

Carlat

Kiosque d'accueil

Crédits : Service communication CABA

Carlat

Enclos de la commanderie reconstituée

Crédits : Service communication CABA

Carlat

Bibliothèque reconstituée

Crédits : Service communication CABA

Carlat

Intérieur de l'église reconstituée

Crédits : Service communication CABA